Flux RSS

Archives de Tag: sable

Sur la côte !

Publié le

http://jeu-de-lettres.eklablog.com/pour-le-27-octobre-a102329045

chez  Christine

Nouveau mot avec 10 lettres

G O M E I N E H E S

Un indice?

Le mot est au pluriel, je vous laisse le deviner !

Comme d’habitude construire au moins 5 mots de cinq lettres au moins

et avec les mots que vous aurez trouvé

Faire un petit texte en rapport avec une première rencontre amoureuse !

Voici mes mots :

Mines, gominés, gênée, émise, génie, soignés, moines.

Photo prise sur le net !

2163362-rochers-en-bord-de-mer-avec-de-l-39-eau-bleue-et-un-ciel-bleu

Sur la côte !

Nous nous étions donner rendez-vous à la petite crique aux

moines, il y faisait assez frais, le vent soufflait,

mes cheveux longs flottaient au vent.

Lorsque je l’aperçusen bas assis sur des mines de rochers,

je le rejoins hâtivement. Nous échangions quelques mots,

quelques regards furtifs,

j’étais gênée, puis il m’embrassa timidement.

Après coup, je m’aperçus que ses cheveux étaient gominés

comme ce n’était pas possible, ses ongles étaient super bien

soignés tout comme l’étaient également ces vêtements.

Il avait l’air de venir d’une autre époque.

Peut être est-ce un génie ! Mais ce n’est pas bien grave !

Je l’aimais bien ! Il me proposa rapidement d’aller se promener

le long des flots, puis, une idée émise par moi,

si nous allions nous restaurer dans cette petite auberge

qui n’était pas très loin sur la côte.

Écrit par Reg ! Le 26 oct 2013 à 18h00.

Réalité devenue rêve !

Publié le

Atelier de mots !

http://etoiledesneige.wordpress.com/2013/05/02/remerciement-atelier-acrostiche-semaine-35-et-annonce-atelier-ecriture-semaine-36/

DSC_4855Photo prise sur le net en Bretagne, plage de Landéda (29)

Rêve de vacances d’été !

Comme j’aimerai bien recommencer, repartir en arrière juste le temps de re-savourer ce temps, de tant de moments si délicieux et qui sont bien ancrés en ma mémoire ! Souvent je pense à ce temps si gai et qui paraissait interminable, tellement les gens étaient heureux, la bonne humeur, l’insouciance de la petite enfance, la gaieté, les rires étaient au rendez- vous, et ceci du matin au soir.

C’était le bon temps, si agréable, si libre. Nous faisions du camping sauvage sur les dunes de sable blond, recouverts par quelques énormes tâches d’herbes vertes pâles qui se balançaient au vent du soir.  Nous restions assis, devant un petit feu de bois, à se raconter ou à regarder ces merveilleux couchers de soleil aux teintes si douces et acidulées ou aux couleurs dorées sur la ligne d’horizon.

Je nous revois tous ensemble sur la grève de sable sec puis humide avec notre papa, tous vêtus de short et d’un débardeur assez flash ( afin de nous voir de loin) un pull noué à la taille, au cas où il y aurait un petit grain, chaussés de nos bottes (dommage elles n’étaient pas de sept lieues) nous marchions vers la marée lointaine.  

Nous portions en bandoulière un petit sac en toile de jute, et à la main, tenions petits ou grands haveneaux. Nous allions comme cela ainsi, papa faisait de grands pas, pour nous, pour moi, normal ils étaient plus petits, mais comme nous nous arrêtions souvent pour ramasser le moindre coquillage ou bigorneau aux couleurs de l’été. Souvent nous cavalions entre les rochers afin de rattraper papa. De temps en temps, il décidait de s’arrêter, et, d’aller gratter dans un trou «comme il disait », il nous appelait un à un, sans savoir si nous ramassions ou pas des petites crevettes grises. Donc, nous accourions au risque de nous casser le nez sur ces petits ou gros rochers. Il y avait aussi de gros laminaires posés ici et là, des fois même dans les trous remplis d’eau de mer salée, et ma foi, je n’aimais pas trop ce genre de végétation ! Même en ayant grandit, c’est pareil, je ne les aime toujours pas, toujours peur qu’il y est des grosses bêtes en-dessous.

Après des heures de marche, de plein air, et de bonnes parties de pêche à la crevette, nous nous régalions après avoir préparé et cuisiné ses pauvres petites bêtes. Le lendemain nous recommencions de plus belle lorsque le temps et la marée nous le permettez.

A ce jour, tout le monde a grandit, mais la plage, le sable, les coquillages et les crevettes sont toujours là, mais papa et maman ne sont plus.

Quand je me promène sur le même site, ou sur des endroits similaires je me rappelle avec nostalgie, tous ses merveilleux moments passés en famille.

coucherdesoleilsurBronnouphoto prise sur le net , coucher de soleil en Bretagne !

Écrit par Reg, le 10 mai 2013 à 22h50

L’Océan !

Publié le

Atelier de mots :

http://etoiledesneige.wordpress.com/2013/03/18/

Utiliser les mots suivants :

Vague, grande, triste, attache, véritable, océan, caractère, regret,

accorderais, méprisant, chagrin, raison, prochain, inutile, ensemble.

799px-SeaSmoke

Photo prise sur le net

L’Océan !

C’est avec une grande et énorme tristesse que je ne donnerai

jamais raison à cet univers appelé « Océan ».

Car, ce phénomène de la nature est dans tous les cas une puissance hors pair,

surtout lorsqu’il déploie ses grandes et gigantesques vagues, telles les ailes d’un énorme oiseau !

Il les fait rouler, se fracasser à différents endroits. Cet océan nous montre

assez souvent son caractère violent et méprisant lorsque celui-ci a décidé d’avoir

raison, coûte que coûte, sa puissance est très souvent la plus forte !

Le chagrin et les regrets montent en moi, mais tout ceci est vraiment inutile,

il ne faut pas que je m’attache à mes sentiments, cela ne servirai à rien de vous raconter

mes véritables émois face à cette étendue d’eau.

Avec tout çà,  je me sens bien triste, mais je ne m’accorderais pas le droit de verser des larmes !

Lors de ma prochaine promenade, au bord de la falaise et, tout en regardant la couleur des flots,

je me dirai qu’ensemble cela aurait été plus beau !

CSA_falaises_44

Photo prise sur le net

Ecrit par Reg , le 20 mars 2013 à 22h50

Epiphanie !

Publié le

Atelier de mots :

http://korriganebleue35.wordpress.com

Former une acrostiche en utilisant le mot Épiphanie !

rois-mages

Épiphanie !

Étoile de lumière brillante,  tout là-bas, voici les mages

Parmi  les dunes de sable chaud et blond, ils trouvèrent leur chemin

Ils arrivèrent enfin, Melchior, Balthazar et Gaspard

Prêts à rentrer dans cette étable, pour visiter Marie et Joseph

Honorer, admirer ce nouveau né que l’on appelait  » Jésus « 

A genoux, près du lit de paille, les trois rois

Nommèrent cet enfant « le nouveau Roi des Juifs »

Ils y déposèrent des précieux présents, d’or, d’encens et de myrrhe

Et , les symboles étaient royauté, divinité, souffrance.

titre-epiphanie

Reg ! écrit le 5 janvier à 12h45

 

Atelier de mots !

Publié le

De la part de M.Mandrine :  voilà à la demande de  mon  petit Lutin Roux,  elle nous lance un défi avec ses mots à elle.

voici ses mots :

grisâtre – la gelée – les herbes folles – des chardons – le givre – des creux –

un rocher – un squelette – un chêne – le duvet – la blancheur et l’hiver.

img_1106

Pour ton petit lutin roux , voici mon texte ! bisous à toutes deux !

——————————

Par ce petit matin à la lueur grisâtre, le givre s’est déposé sur toute la lande sauvage laissant un duvet blanc  sur les petits et gros

cailloux, même sur les coquillages. Cela brille de mille feux. De partout, la blancheur de la gelée s’est accrochée et cela nous dit qu’il

fait bien froid. Beaucoup de mouvements parmi les herbes folles  qui jouent gentiment avec le vent, même des chardons bleus, gris vert

ou argentées se joignent à elles. Devant cette splendeur de l’hiver, nous  marchons  le long du rivage, non loin de là, nous voyons une

forme devant un rocher, on dirait un squelette, quelle horreur !  Tout en s’approchant très timidement, la drôle de surprise se dévoile

doucement parmi les creux et les  bosses de ce sable figé. Ouf ! ce ne sont que des petits morceaux de bois d’un chêne à demi découvert.

 

 Régine ! écrit le 1 décembre 2012 à 9h 30