Flux RSS

Archives de Tag: hiver

Au sein de la forêt !

Publié le

Atelier de mots :

http://mandrine6.wordpress.com/2013/06/02/la-magie-des-mots-n14-chez-mandrine/

Avec la phrase :

Il dormait, comme un petit garçon, de tout son cœur,

index

  Dans cette épaisse et lointaine masse immaculée de sapins tout à l’est, c’est la forêt, où résident quelques loups blancs. Personne, ou pas grand monde, ne s’approchait de cet endroit, et pourtant, un bon matin, quelques hommes du village ont décidé de s’y aventurer.

A l’orée du bois, ils commencèrent à marcher munis de leurs sacs à dos, leurs raquettes aux pieds, pendant des heures, laissant de belles traces dans la neige épaisse, il s’avancèrent tout doucement à l’intérieur de la forêt, c’était plus sombre, plus sourd ! Bien sur, ils étaient à l’affut du moindre bruit, du moindre craquement «  En se disant : As tu entendu ? Et si c’était un de ces loups ? » Ils continuèrent leur marche en avançant très prudemment. Les voila qui font une petite pause, mangèrent un petit morceau, avalèrent un bon café bien chaud, et de ce pas répartirent dans la profondeur de la forêt !

Quand d’un coup d’un seul, ils se trouvèrent presque nez à nez avec une jeune louve et son petit, il dormait, comme un petit garçon, de tout  son cœur, le petit assez chétif était blotti contre sa maman, qui elle, le protégeait du froid. Les hommes ne firent plus un pas, ni un bruit, ils restèrent saisis par la beauté de ces animaux. La louve bougea un peu, se mettant un peu plus en rond autour de son petit afin de le protéger encore un peu plus. La mère louve grognait tout en émettant des sons assez forts, afin de faire fuir ces hommes là. Ils étaient attendris par la scène, et restèrent à les observer un bref et court moment. Les hommes émus décidèrent de rebrousser chemin, laissant la faune en toute liberté parmi cette nature qui est la leur  !

De toute façon, ils auront de quoi raconter au village !

images b

Écrit par Reg le 23 juin 2013 à 17h45.

images loup

Au château !

Publié le

Atelier de mots

http://filamots.wordpress.com/2013/04/07/ecriture-4-proposition-du-07-04-au-14-04-2013/

En utilisant les mots ci dessous :

Tour, mythologie, élégant, malade, mélanger, choc,

courte-paille, liseron, cocotte, enfanter, secret, oiseau.

chateau-du-nedo-plaudren

Château du Nédo Plauren près de Vannes

Au château !

Dans toutes les mythologies, il y aura toujours le mélange

et le choc entre les différentes légendes ou fables,

et sur diverses civilisations.

En ce jour d’hiver , dans l’une des tours ancienne et froide du château,

une très jeune femme est prête à enfanter, mais

il faut à tout prix en garder le secret.

Rien ne doit être divulguer. Son élégant et ravissant « amoureux »,

coureur de jupons, l’a laissé choir, sans se demander,

si elle porte ou pas le fruit de leurs différents ébats.

Sans se soucier, sans se  préoccuper de ce qui allait se passer,

il s’en est vite allé, tel cet oiseau qui prend son envol,

pour aller convoiter, à dix mille lieux, d’elle,

d’autres demoiselles au sein de pays beaucoup plus chauds.

Mais pendant ce temps, elle est là, elle souffre, elle hurle

et crie, met au monde, leur enfant.

La jeune mère entend que le sort de son bébé

sera tiré  à la courte paille, surtout si c’est une fille.

Hors, elle se révolte et décide de garder sa petite, en la couvant

et en la bichonnant, telle une cocotte

qui veille sur ses charmants petits.

Au fil du temps, de ce dur hiver, le bébé tomba malade,

elle était chétive comme un très frêle oiseau. Beaucoup plus tard,

au bout de quelques mois de souffrance, l’enfant s’éteignit.

Sa mère lui faisait porter chaque mois, une petite couronne de fleurs de liserons,

afin de l’honorer et surtout de ne jamais l’oublier !

images

photos prises sur le net

Écrit par Reg,  le 9 avril 2013 à 23h00

Haïkus

Publié le

Atelier de mots :

http://martinaki93.wordpress.com/2013/01/05/ils-ont-joue-le-jeu/

En fait, il s’agit avant tout d’un exercice d’esprit, le Haiku est une forme de poésie japonaise relativement simple où se cachent des jeux de mots parfois très complexes et souvent plein d’humour. Si l’on souhaite respecter « à la lettre » les règles du haïku, en voici les trois contraintes d’écriture : Un haïku est très bref : 17 syllabes réparties en 5 pour le premier vers, 7 pour le second et 5 pour le troisième. Les métaphores sont interdites, la description d’un instant de la réalité doit à elle seule provoquer l’émotion à l’aide de mots simples.  Le haïku comporte un kigo, qui est l’évocation d’une saison.  Proposé par Martine B.

Voici mon  Haïku !

texte pour Martine

Reg ! Ecrit le 4  janvier 2013 à 00h25

Le troisième vers est en 6 syllabes. Il faut lire « est » au lieu de « sera »